Equipement

Les pratiquants de jùdô (les jùdôka) portent une tenue en coton renforcée souvent appelée à tort kimono de jùdô. Kimono étant le nom générique de la tenue traditionnelle japonaise. Il est généralement blanc, mais pour faciliter la distinction entre les combattants dans les compétitions, l'un des deux jùdôkas peut en revêtir un bleu pour les compétitions à partir du niveau national (pour les niveaux inférieurs, la distinction se fait à l'aide de ceinture de jùdô rouge ou blanche).

Le kimono du jùdô s'appelle le jùdôgi. Il se compose de la veste (uwagi), du pantalon (zubon) et de la ceinture (obi). le jùdôgi était blanc à l’origine pour des questions d’hygiène, de coût et de facilité de lavage. C’est seulement ensuite qu’il est devenu symbole de pureté. La jupe de l'Uwagi s'appelle suso, les revers eri et les manches sode. Le jùdô en tant que pratique martial se pratique pieds nus pour plusieurs raisons :
- respecter la tradition japonaise :
- dans la pratique d'arts martiaux
- dans la pratique de la vie quotidienne (se déchausser à l'entrée des maisons)
- ne pas se salir
- ne pas glisser
- ne pas abîmer le tatami
- ne pas se blesser

Le jùdôgi doit être étendu pour sécher dés le retour à votre domicile. Laver le jùdôgi à 30° (ou référez-vous à l'étiquette) sans utiliser de javel ou de détergent. N'utiliser pas de sèche linge. Pour que le jùdôgi ne perde pas sa blancheur utilisez un blanchisseur comme celui-ci. Je vous conseille également de ne pas utiliser d'assouplissant afin d'handicaper vos adversaires par rapport à la saisie du kumikata. Le jùdôgi doit toujours être propre et repassé, un pratiquant avec une tenue sale et froissée donne une très mauvaise image de plus il est en contradiction avec le code moral du Jùdô et des arts martiaux en général.

Les ceintures de couleur déteignent énormément, le lavage est donc à proscrire.

Le lavage :
Vous venez d’acheter votre judogi, commencez par le laisser tremper quelques heures dans l’eau froide. Effectuez ensuite le premier lavage à froid.Un judogi est un vêtement en coton. Il est recommandé de le laver en machine à 30 ou 40° maximum. Ne faites jamais bouillir votre judogi, au risque de provoquer un vieillissement prématuré du coton et d’altérer les couleurs.

Le séchage :
Laissez sécher votre judogi naturellement. Attention, l’utilisation du sèche-linge peut entraîner un rétrécissement très important de votre judogi et un feutrage du coton.

Détachage :
Pour enlever les traces de sang ou de sueur sur votre judogi, vous pouvez appliquer du savon noir avant de le mettre en machine à 40°.

Problèmes liés au jùdôgi :

LA CEINTURE :

Problème : Si votre ceinture est issue d'un rouleau il se peut qu'elle s'éfile aux extrémités.
Solution :
Brûler les bouts de la ceinture afin de les caraméliser ou mieux faire un point de couture si c'est possible !

Problème : Votre ceinture se défait sans arrêt
Solution : Après avoir fait le nœud habituel, placer les extrémités gauche et droite de la ceinture entre le premier et le deuxième tour de taille respectivement à gauche et à droite. Il est théoriquement impossible que le nœud se défasse de lui même.

LE PANTALON :

Problème : Il se peut que votre pantalon soit trop long.
Solution : Monter le pantalon aussi haut qu'il faudra pour ajuster la longueur du pantalon puis rouler le haut du pantalon jusqu'à la taille.

Problème : Il se peut que le cordon de votre pantalon se désenroule.
Solution : Enrouler le cordon dans le pantalon à l'aide d'un épingle à nourrice de façon à obtenir une boucle autour de la taille comme le début de la mise en place de la ceinture.

Problème : Il se peut que votre jùdôgi se déchire.
Solution : Utiliser les carrés de tissu souvent vendus avec le jùdôgi.

© Copyright 2017 P. R. JUDO.OVH®